lundi 9 mars 2015

Mariage de Lysiane et Manu (2)

A l'occasion du mariage de Lysianne et Manu, voici le discours prononcé par Franck Blanc, Adjoint au maire et Officier d'état civil, qui célébrait le mariage.

Bonjour  et bienvenue à la mairie de Juré.

Nous sommes  heureux, de recevoir aujourd’hui , Lysianne et Manu, ainsi que vous tous, parents et amis, dans notre maison commune. Avant de procéder à la cérémonie officielle, je vais dire quelques mots pour nos futurs mariés.

C’est après plusieurs années de vie semi-commune que Manu et Lysianne, nous ont fait part de leur désir de se marier. L’union du parrain de Clémence avec la marraine de Sarah a rempli toute ma famille de joie. C’est pour cela que j’ai plaisir aujourd’hui à prendre la place de Patrice, notre maire, pour célébrer votre mariage.

Mes chers amis ; on se connait depuis de nombreuses années. Toi Lysianne , Auvergnate de pure souche, je le confirme autant pour ton sens de l’économie et  ton goût pour les pieds de cochon aux lentilles, il y a quelques années, tes escapades  du dimanche t’ont amené à connaitre Juré, pour notre plus grande joie. La famille Pasquet pensant peut être t’initier à l’élevage  de volailles, tu t’es vite rendue compte que les coqs du fond du bourg étaient de bien meilleure compagnie que ceux de Geruzet, eux si ravis de voir arriver une si charmante nouvelle proie.

Et en effet tu as rencontré Manu, ce garçon pas trop timide, un peut fêtard  et d’une exceptionnelle gentillesse mais complètement dépourvu d’intérêt pour le bricolage. Après quelques années de prise en main, tu as su l’initier aux travaux de la vie quotidienne, comme la peinture, le jardinage ou encore la tonte de la pelouse.


Et toi Manu, main dans la main depuis notre plus tendre enfance, tout le temps ensemble  sinon en train de se chercher. Notre jeunesse a été rythmée par les bals du samedi soir et, pendant une période, nos escapades hebdomadaire à Roanne. Tu as même été à la fois mon directeur, mon meilleur ami et malgré quelques coup de gueule l’amitié a toujours été plus forte. Je suis persuadé que tu sauras partager les taches de la vie quotidienne avec Lysianne ; cette pensée s’appuie sur ce que tu m’as dit récemment : en effet tu évoquais la tonte de la pelouse en disant que Lysianne la ferait l’été et toi pendant l’hiver.

Pour terminer, je voudrai encore une fois vous témoigner toute mon affection, ma profonde joie d’être ici parmi vous et je vous souhaite une belle route ensemble ainsi qu’une belle fête à tout le monde.






1 commentaire:

  1. étonnant éloge à la langue si simple de l'autre côté des habitants comme la cuisine si percutante en bouche : on reconnaît bien l'eau de Juré si curative comme son saucisson claquant autant que crisse la neige sous les sabots de bois des rudes hivers s'éternisant 6 mois. - CONTE LOCAL -

    RépondreSupprimer